Au Musée en famille © MANUEL BRAUN

LES FIGURES DE L’ART MODERNE

André Derain
1904-1914, la décennie radicale

Galerie 2
Commissaire : Cécile Debray
4 octobre 2017-29 janvier 2018
324 154 visiteurs / 3 178 par jour 
> Voir les expositions
 

Walker Evans

Galerie 2
Commissaires : Clément Chéroux, Julie Jones
26 avril 2017-14 août 2017
306 167 visiteurs / 3 223 par jour
> Voir les expositions
 

Brassaï – Graffiti

Galerie de photographies
Commissaire : Karolina Ziebinska-Lewandowska
9 novembre 2016-30 janvier 2017
44 223 visiteurs / 614 par jour

Les dessins et signes tracés ou grattés sur les murs de Paris ont fasciné Brassaï du début des années 1930 jusqu’à la fin de sa vie. Le photographe a constamment traqué ces expressions durant toute sa carrière, leur consacrant une importante série qui a pris forme dans un livre et à travers plusieurs expositions. Grâce à la richesse de sa collection de photographies, le Centre Pompidou a proposé une présentation thématique de la célèbre série « Graffiti » du photographe français d’origine hongroise. L’exposition replaçait la série dans le contexte de la fascination pour l’art brut d’artistes et écrivains proches de Brassaï : Raymond Queneau, Jean Dubuffet, Pablo Picasso, Jacques Prévert, notamment. Des documents venaient enrichir cette présentation inédite offrant au public l’occasion d’en approfondir la compréhension et l’écho.
 

René Magritte
La trahison des images

Galerie 2
Commissaire : Didier Ottinger
21 septembre 2016-23 janvier 2017
597 930 visiteurs / 5 531 par jour

Rassemblant les œuvres emblématiques, comme d'autres peu connues de l’artiste, provenant des plus importantes collections publiques et privées, cette exposition a permis une lecture renouvelée de l’une des figures magistrales de l’art moderne. Une centaine de tableaux, de dessins, et des documents d’archives, ont ainsi été réunis pour offrir au public cette approche qui s’inscrit dans la ligne des monographies que le Centre Pompidou consacre régulièrement aux figures majeures de l’art du 20e siècle (Matisse, Munch, Duchamp…). L’exposition explorait également un intérêt du peintre pour la philosophie, qui culmine, en 1973, avec Ceci n’est pas une pipe que publie Michel Foucault, fruit de ses échanges avec l’artiste. L’œuvre, qui montre un œuf enfermé dans une cage, est la première de ses peintures vouées à la résolution de ce qu’il nomme un « problème ». Au hasard ou à la « rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie », succède alors une méthode implacable et logique, une solution apportée aux « problèmes » de la femme, de la chaise, des souliers, de la pluie… Les recherches appliquées à ces « problèmes », qui marquent le tournant « raisonnant » de l’œuvre de Magritte, ouvrent l’exposition.

à voir aussi