En studio à l’Ircam, © Philippe Barbosa

IRCAM : LE RAYONNEMENT DE LA RECHERCHE ET DE L’INNOVATION

DES PARCOURS DE FORMATION INÉDITS POUR LES JEUNES ARTISTES 

Organisé en collaboration avec Sorbonne Universités, le doctorat de musique « Recherche en composition », créé il y a trois ans, s’adresse à des compositeurs qui souhaitent intégrer une dimension technologique dans leur travail de recherche. L’originalité de la formation est d’allier la rédaction d’une thèse avec la pratique de l’activité de composition de haut niveau.

En décembre 2017, la compositrice française Julia Blondeau et le compositeur-mathématicien italien Daniele Ghisi ont été les premiers à soutenir leur thèse de doctorat artistique à l’Ircam.

Les travaux de Julia Blondeau portaient sur les « Espaces compositionnels et temps multiples : de la relation forme/matériau ». L’œuvre issue de ses recherches, Namenlosen, a été créée à la Philharmonie de Paris en juin avec l’Ensemble intercontemporain sous la direction de Matthias Pintscher. 

La thèse de Daniele Ghisi se concentrait sur les « Interfaces réactives en temps réel pour la composition assistée par ordinateur » et son œuvre musicale associée, An Experiment With Time, qui avait été présentée au Centre Pompidou en 2016, a fait l’objet d’une importante tournée européenne. Déjà sollicité par les institutions internationales, Daniele Ghisi présentera deux nouvelles créations en 2018, à la Philharmonie de Paris et à l’Opéra de Lausanne.

Le nouvel ensemble Ulysses

2017 est aussi l’acte de naissance de l’ensemble Ulysses, émanation du réseau du même nom qui est coordonné par l’Ircam et réunit une quinzaine d’institutions européennes autour de la promotion et la professionnalisation du jeune compositeur. Avec la création de cet ensemble, le réseau Ulysses franchit un nouveau cap en dirigeant à présent ses efforts vers les jeunes interprètes. 
De juin à septembre, les jeunes musiciens d’Ulysses, recrutés sur dossiers de candidature, ont enrichi leurs pratiques au sein de différentes académies européennes où ils ont été formés au grand répertoire du 20e siècle et à la création sous la baguette de chefs/compositeurs parmi les plus renommés de notre époque : Heinz Holliger dans le cadre de l’académie ManiFeste, Oliver Knussen et Colin Matthews à Snape Maltings (Aldeburgh Music, Grande-Bretagne) et Jean-Philippe Wurtz à la Fondation Royaumont. Chaque stage s’est achevé par un concert public. 


RECHERCHE DE POINTE ET DIFFUSION DES INNOVATIONS

Les recherches scientifiques menées à l’Ircam se confrontent en permanence aux nouveaux besoins et usages de la société. En 2017, les avancées réalisées dans le domaine du web audio, de la spatialisation sonore et de l’interaction entre le geste et le son ont débouché sur la création de nouveaux prototypes et logiciels, développés et mis à disposition des professionnels dans le cadre de partenariats industriels. 

Les applications du projet CoSiMa

2017 a vu l’aboutissement du projet ANR CoSiMa (Collaborative Situated Media) qui s’inscrit dans le puissant mouvement de ces dernières années faisant évoluer les médias dans leur relation aux utilisateurs et leur environnement, avec l’émergence des interfaces tangibles, de la réalité augmentée et du web ambiant. Son objectif est d’explorer cette nouvelle relation à travers des interfaces inédites et des outils de création collaboratifs, basés sur les dernières technologies mobiles et web. 

Deux applications accueillies comme des briques essentielles pour la création des instruments de musique du futur sont issues de ce projet : 

  • Coloop, premier séquenceur collectif connecté, développé avec l’agence Nodesign. Le prototype s’est distingué en recevant en décembre une Étoile de L’Observeur du Design 2018 et un « Coup de cœur » du quotidien Les Échos ;
     
  • Les modules R-IoT, capteurs développés en collaboration avec PluX et commercialisés dans sa gamme de produits open hardware par BITalino. Médias corporels, ils offrent la possibilité de détecter les mouvements, de les traiter et de les transmettre sans autre interface technique, via le wifi. 

Deux logiciels de référence pour la spatialisation sonore

Enjeu bien connu de la création musicale, la spatialisation sonore est progressivement devenue un élément incontournable des arts du spectacle, de la production cinématographique, de la réalité virtuelle et de la diffusion multimédia – et par conséquent un véritable enjeu industriel. L’Ircam y a répondu en réalisant en 2017 deux outils de mixage et post-production de contenus audio 3D en temps réel, qui se sont rapidement imposés comme des références. L’un est le logiciel Spat Revolution développé et distribué avec Flux, et l’autre le standalone Panoramix qui s’intègre à l’environnement créatif de Max et est diffusé par le Forum de l’Ircam.
 

Succès de l’Ircam au programme européen H2020 ICT

Ayant obtenu depuis 2015 le soutien du programme européen Horizon 2020 pour sept projets scientifiques dans les domaines des technologies de l’information et de la communication, l’Ircam se positionne en 2017 parmi les quinze premiers bénéficiaires français du programme, sur quatre cent quarante, aux côtés de laboratoires privés et publics d’envergure considérable comme le CEA, Orange ou encore Thales. 

à voir aussi