Vue du Centre Pompidou Malaga ; Incubé, travail in situ, Daniel Buren, mars 2015. © Carlos Criado / Ayuntamiento de Málaga

7. LE CENTRE POMPIDOU EN FRANCE ET À L'INTERNATIONAL

Le Centre Pompidou, grâce à une collection de plus en plus ouverte, au savoir-faire de ses équipes et à la qualité de sa programmation, continue de se déployer au sein d’un réseau global. Fort du développement de sa politique de diffusion des collections dans les régions, marquée cette année par le quarantième anniversaire du Centre Pompidou, comme à l’étranger, le Centre Pompidou rayonne et donne à voir au plus grand nombre les œuvres de ses collections ainsi que les productions des cinémas et des spectacles vivants. Enfin, sa politique de prêts, en France et à l’étranger, en fait l’un des tout premiers prêteurs mondiaux.

 

#EN FRANCE

LE CENTRE POMPIDOU-METZ

Une fréquentation en hausse

Depuis son ouverture en mai 2010, le Centre Pompidou-Metz a accueilli plus de 3 294 030 de visiteurs, se positionnant parmi les institutions culturelles les plus fréquentées en région. Depuis sept ans, le Centre Pompidou-Metz est le centre d’art moderne et contemporain le plus visité en France (hors Île-de-France).

En 2017, 345  549 visiteurs ont choisi de faire l’expérience du Centre Pompidou-Metz, soit une augmentation de +15% par rapport à 2016.

Ce succès de fréquentation est en partie dû à celui qu’a connu l’exposition « Fernand Léger. Le Beau est partout » dans le cadre des 40 ans du Centre Pompidou. Avec ses 146 000 visiteurs, elle a été l’une des expositions les plus fréquentées des célébrations orchestrées par le Centre Pompidou.

Des expositions temporaires de dimension internationale et pluridisciplinaire

Depuis son ouverture, le Centre Pompidou-Metz a fait découvrir au public trente-cinq expositions et plus de trois cents manifestations de dimension internationale. Il a développé des itinérances avec diverses institutions partenaires dans le monde entier. Ainsi, il a coproduit l’exposition « Fernand Léger. Le Beau est partout », présentée depuis le 9 février 2018 à BOZAR, Palais des beaux-arts de Bruxelles. La collection du Centre Pompidou, la plus importante d’art moderne et contemporain en Europe, est la clef de voûte de ce projet itinérant. Elle a été également le pilier de l’exposition « Musicircus. Œuvres phares du Centre Pompidou ». Cette présentation de longue durée des œuvres de la collection du Centre Pompidou (avril 2016 à juillet 2017) a totalisé plus de 264 000 visiteurs. Elle sera renouvelée à partir du 24 février 2018 avec le parcours « L’Aventure de la couleur ».

Le premier semestre de l’année 2017 a été marqué par le succès de l’exposition « Jardin infini. De Giverny à l’Amazonie » avec ses 135 000 visiteurs sur quatre mois. Pensée comme un territoire sans frontières, mise en scène par l’artiste Daniel Steegmann Mangrané, l’exposition qui rassemblait chefs-d’œuvre d’art moderne et installations contemporaines d’artistes tels que Dominique Gonzalez-Foerster, Philippe Parreno, Pierre Huyghe ou Ernesto Neto, s’est aussi déployée hors les murs dans la ville de Metz rendant hommage à cette ville-jardin.

Une saison japonaise au Centre Pompidou-Metz

En septembre, le Centre Pompidou-Metz a inauguré un nouveau format inédit, une saison thématique entièrement consacrée au Japon avec les expositions «Japan-ness. Architecture et urbanisme au Japon depuis 1945» et «Japanorama. Nouveau regard sur la création contemporaine» coproduites par la Japan Foundation, accompagnées d’une riche programmation associée, les «10 evenings», ayant attiré plus de 139 000 visiteurs.

Vue de l'exposition Musicircus. Œuvres phares du Centre Pompidou ; Vassily Kandinsky, Gelb-Rot-Blau [Jaune-rouge-bleu], 1925 et discographie de Vassily Kandinsky. Huile sur toile, 128 × 201, 5 cm. © Centre Pompidou-Metz / Photo : C. Hall
Vue de l'exposition Musicircus. Œuvres phares du Centre Pompidou ; Vassily Kandinsky, Gelb-Rot-Blau [Jaune-rouge-bleu], 1925 et discographie de Vassily Kandinsky. Huile sur toile, 128 × 201, 5 cm. © Centre Pompidou-Metz / Photo : C. Hall#
Vue de l'exposition Musicircus; à gauche, František Kupka, Musique, 1930-1932. A droite : Robert Delaunay, Entrée du Hall des réseaux du palais des Chemins de fer (détail), 1937. 800 × 400 cm chaque.© Centre Pompidou-Metz / Photo : C. Hall © Adagp, Paris,
Vue de l'exposition Musicircus; à gauche, František Kupka, Musique, 1930-1932. A droite : Robert Delaunay, Entrée du Hall des réseaux du palais des Chemins de fer (détail), 1937. 800 × 400 cm chaque.© Centre Pompidou-Metz / Photo : C. Hall © Adagp, Paris,#
Ernesto Neto, Flower Crystal Power, 2014,Vue De L’installation Ernesto Neto. © TONY PRIKRYL, COURTESY THE ARTIST AND TANYA BONAKDAR GALLERY
Ernesto Neto, Flower Crystal Power, 2014,Vue De L’installation Ernesto Neto. © TONY PRIKRYL, COURTESY THE ARTIST AND TANYA BONAKDAR GALLERY#

LES PRÊTS ET DÉPÔTS EN RÉGIONS

Dans le cadre de ses 40 ans, le Centre Pompidou a programmé tout au long de l’année 2017 une série de projets en partenariat avec des institutions dans toute la France : musées, centres d’art, monuments historiques, lieux de spectacles… Cet anniversaire a été l’occasion de montrer au public la richesse et la grande diversité des collections du Centre Pompidou. L’activité en matière de prêts s’est essentiellement concentrée autour de projets s’inscrivant dans cette dynamique. Quelques 1883 œuvres ont été prêtées dans ce cadre. Parmi les prêts plus importants, le public a pu voir des œuvres de la collection :

  • À La Piscine, Roubaix, « Éloge de la couleur » (commissariat Cloé Pitiot). Cette exposition dédiée à la couleur appliquée au paysage, à l’architecture, au design et au graphisme a présenté cent quatre-vingts œuvres d’artistes comme Jacques Fillacier, Georges Patrix, Bernard Lassus ou André Lemonnier,
  • Au musée de Grenoble, l’exposition « Kandinsky, les années parisiennes (1933-1944) » a permis au public de découvrir cent trente-deux œuvres de l’artiste réalisées durant la dernière décennie de sa vie,
  • Au Centre Pompidou-Metz, l’exposition « Fernand Léger. Le Beau est partout » (commissariat Ariane Coulondre) a réuni cent trente et une œuvres dans une rétrospective présentant plusieurs chefs-d’œuvre du peintre,
  • Aux Rencontres de la photographie d’Arles, l’exposition « Le Spectre du surréalisme » (commissariat Karolina Lewandowska-Ziebinska) a rassemblé près de cent trente photographies dans une exposition revenant sur quelques-uns des thèmes qui sont nés de la rencontre du surréalisme et de la photographie d’après-guerre (Jacques-André Boiffard, Brassaï, Dora Maar, Man Ray…)
  • Au Lieu unique à Nantes, l’exposition « Mégastructures » (commissariat Aurélien Lemonier et Gwenaël Delhumeau) a mis en avant cent quinze esquisses, plans de coupe et maquettes jetant un regard rétrospectif sur soixante années d’architecture jalonnées de projets utopiques et titanesques.
Près de
2 000
oeuvres prêtées en France
Vernissage Fernand Léger. Le Beau est partout. © Centre Pompidou-Metz / Photo Jacqueline Trichard / 2017
Vernissage Fernand Léger. Le Beau est partout. © Centre Pompidou-Metz / Photo Jacqueline Trichard / 2017#
Vue de l'exposition « Le Spectre du surréalisme » au Rencontres de la photographie d'Arles. © Aurore Valade
Vue de l'exposition « Le Spectre du surréalisme » au Rencontres de la photographie d'Arles. © Aurore Valade#
Vue de l'exposition "Eloge de la couleur" à la Piscine, Roubaix
Vue de l'exposition "Eloge de la couleur" à la Piscine, Roubaix#
Vue de l'exposition "Mégastructures" au Lieu Unique, Nantes
Vue de l'exposition "Mégastructures" au Lieu Unique, Nantes#
 

#A L'INTERNATIONAL
UN HORIZON STRATÉGIQUE

LE CENTRE POMPIDOU MÁLAGA

La richesse et la diversité de la programmation 2017 ont permis au Centre Pompidou Málaga d’accueillir, au 31 décembre 2017, 506 127 visiteurs depuis son ouverture au public le 28 mars 2015 (soit 579 visiteurs par jour en moyenne).
Trois expositions temporaires, conçues par des conservateurs du Mnam/Cci, ont été présentées :

Les utopies modernes
Le nouveau parcours du Centre Pompidou Málaga

Un nouveau parcours semi-permanent commissarié par Brigitte Leal, directrice adjointe du Mnam/Cci en charge des collections, et inauguré le 4 décembre dernier, présente des œuvres modernes de la collection du Centre Pompidou. Organisé autour du thème des utopies modernes, ce parcours se déploie autour de six sections: la grande utopie, la fin des illusions, ensemble, La cité radieuse, imaginer le futur, l’âge d’or. Les œuvres choisies font écho aux événements historiques qui ont marqué notre temps et nourri l’imagination et les idéaux des artistes modernes et contemporains.

Robert Delaunay, « Rythme, Joie de vivre », 1930. © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Georges Meguerditchian/Dist. RMN-GP © Domaine public

Robert Delaunay, « Rythme, Joie de vivre », 1930. © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Georges Meguerditchian/Dist. RMN-GP © Domaine public

La déclinaison espagnole de la manifestation « Hors Pistes – Traversées » (23 mars au 23 avril 2017), réalisée par le département du développement culturel, a été développée en co-commissariat avec les équipes de Málaga, permettant une meilleure insertion dans le réseau culturel du territoire. En parallèle, la direction des publics a proposé de nombreux événements familiaux, destinés aux jeunes adultes ou aux enfants, ainsi que des expositions-ateliers tel « Quel cirque ! » autour de l’œuvre de Calder ou le « Blobterre » de matali crasset.

Une programmation d’événements et de performances, organisées par ou en lien avec le département du développement culturel, a complété cette programmation très dynamique.

> Pour en savoir plus :  centrepompidou-malaga.eu

Vue de l'exposition Philippe Starck, dessins secrets, quatre mille croquis dévoilés ; 10 mai - 1er octobre 2017. © Centre Pompidou MalagaVue de l'exposition Philippe Starck, dessins secrets, quatre mille croquis dévoilés ; 10 mai - 1er octobre 2017. © Centre Pompidou Malaga

DE NOUVEAUX PARTENARIATS

UN PARTENARIAT INÉDIT AVEC LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE


Le Centre Pompidou a signé une convention de partenariat structurel d’une durée de dix ans avec la Région de Bruxelles-Capitale et la Fondation Kanal le 18 décembre 2017 posant les bases de la création d’un nouveau pôle culturel et pluridisciplinaire, Kanal-Centre Pompidou, dans l’ancien garage Citroën de la place de l’Yser à Bruxelles. 

L’ouverture de ce grand pôle culturel pluridisciplinaire fera écho à l’ADN du Centre Pompidou et constituera un véritable projet urbain devant favoriser la revitalisation et la redynamisation du territoire.
Le Centre Pompidou mettra à disposition des œuvres de sa collection pour présenter un parcours permanent et deux expositions temporaires annuelles, conçus par des conservateurs du Mnam/Cci, et exercera également une mission de conseil et d’assistance pour la stratégie d’acquisition des collections permanentes.
Il apportera son expertise en s’appuyant sur toutes les compétences de ses équipes : programmation culturelle pluridisciplinaire, production, architecture, médiation et développement des publics, éditions, communication…
En attendant l’ouverture du site après les travaux qui doivent débuter à l’automne 2019, une programmation culturelle de préfiguration, dont le commissariat général a été confié à Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne, est proposée au public de mai 2018 à fin juin 2019.

Vue du projet Kanal-Centre Pompidou. © NOA - EM2N - SERGISON BATES
Vue du projet Kanal-Centre Pompidou. © NOA - EM2N - SERGISON BATES#
Esquisse de la filiale belge S.D. (RLICC-IPW3-Study Citroën 2013-2014). © D. R.
Esquisse de la filiale belge S.D. (RLICC-IPW3-Study Citroën 2013-2014). © D. R.#

LE CENTRE POMPIDOU-SHANGHAI
UN PROJET DE COOPÉRATION CULTURELLE UNIQUE 

Confirmant le protocole d’accord signé à l’été 2017, le Centre Pompidou et le West Bund Development Group, groupe parapublic d’aménagement de la zone fluviale du district de Xuhui, à Shanghai, développent ensemble un projet de coopération culturelle unique en son genre entre la France et la Chine, le Centre Pompidou-Shanghai (West Bund), qui devrait ouvrir ses portes au public au début de l’année 2019.

La collaboration initiale de cinq ans s’articulerait autour de quatre axes :

  • le prêt d’œuvres des collections du Centre Pompidou ;
  • la conception d’expositions temporaires exclusives, en résonance avec le contexte culturel local ;
  • le développement d’activités d’éducation artistique ;
  • la formation de professionnels des musées.

Ce projet inédit par la nature de sa coopération et sa durée enrichira l’offre artistique du quartier culturel de West Bund, qui accueille depuis 2014 plusieurs équipements culturels ambitieux de rayonnement international.

Installé dans un nouveau bâtiment d’une surface d’environ 25 000 m2 dessiné par l’architecte britannique David Chipperfield, le projet permettra de valoriser les échanges de savoir-faire franco-chinois et de créer à Paris et à Shanghai de nouvelles convergences entre les scènes d’art contemporain. 

LE LOUVRE ABU DHABI

Le Louvre Abu Dhabi a ouvert ses portes le 9 novembre 2017. Conçu comme un musée universel, ayant vocation à refléter l’histoire commune de l’humanité à travers différentes cultures et civilisations, il a bénéficié de l’implication des plus grandes institutions muséales françaises dont le Centre Pompidou pour les parties modernes.

Pour l’accrochage inaugural, le Centre Pompidou a prêté trente-sept œuvres majeures de sa collection.

Le Louvre Abu Dhabi présente sa riche collection d’œuvres d’art ainsi que des prêts des plus grands musées français. La collection couvre tous les pans de la création artistique des origines de l’art à nos jours, depuis la Préhistoire aux commandes faites à des artistes contemporains. C’est dans ce cadre que le Centre Pompidou participe à ce projet emblématique en prêtant des œuvres majeures de sa collection et en apportant l’expérience et la compétence de ses équipes. Ainsi, les visiteurs du Louvre Abu Dhabi pourront découvrir des chefs-d’œuvre comme, entre autres, une Femme debout d’Alberto Giacometti, la Composition IX de Vassily Kandinsky, deux tableaux de Henri Matisse, le Buste de femme de Pablo Picasso, Tableau métallique : portrait à géométrie convexe de Martial Raysse, des photographies de Man Ray ou bien Big Electric Chair d’Andy Warhol.

Par ailleurs, le Louvre Abu Dhabi bénéficie des conseils scientifiques des équipes du Centre Pompidou dans le cadre de l’élaboration du projet scientifique et culturel, dans la cohérence de la stratégie d’acquisition et dans la programmation d’expositions temporaires dont le commissariat est assuré par des conservateurs du Mnam/Cci. Des projets sont actuellement en cours de conception pour les prochaines années.

Vue du Louvre Abu Dhabi. © Department of Culture and Tourism – Abu Dhabi / Ph : M. Somji
Vue du Louvre Abu Dhabi. © Department of Culture and Tourism – Abu Dhabi / Ph : M. Somji#
Vue du Louvre Abu Dhabi. © Department of Culture and Tourism – Abu Dhabi / Ph : M. Somji
Vue du Louvre Abu Dhabi. © Department of Culture and Tourism – Abu Dhabi / Ph : M. Somji#
Vue de la salle 'Challengin Modernity' au Louvre Abu Dhabi. © Department of Culture and Tourism – Abu Dhabi / Ph : M. Domage
Vue de la salle 'Challengin Modernity' au Louvre Abu Dhabi. © Department of Culture and Tourism – Abu Dhabi / Ph : M. Domage#
Vassily Kandinsky, Composition IX; 1936, Huile sur toile, 113,5 x 195 cm. Domaine public
Vassily Kandinsky, Composition IX; 1936, Huile sur toile, 113,5 x 195 cm. Domaine public#
Inauguration du Louvre Abu Dhabi. © Department of Culture and Tourism – Abu Dhabi / Ph : V. Kelechian
Inauguration du Louvre Abu Dhabi. © Department of Culture and Tourism – Abu Dhabi / Ph : V. Kelechian#

LE SUCCÈS DES ITINÉRANCES ET DES COPRODUCTIONS INTERNATIONALES D’EXPOSITIONS TEMPORAIRES

Après le succès de la rétrospective consacrée à Mona Hatoum inaugurée pendant l’été 2015 au Centre Pompidou puis à la Tate Modern (Londres) et qui a clôturé sa dernière présentation le 26 février 2017 à Helsinki dans les espaces du Kiasma avec 130 000 visiteurs, l’année 2017 a été marquée par plusieurs itinérances internationales de choix.

Tout d’abord avec l’exposition consacrée à la « Beat Generation », proposée au public du Centre Pompidou à l’été 2016 puis du 26 novembre 2016 au 30 avril 2017 au Zentrum für Kunst und Medientechnologie -ZKM- (Karlsruhe) avec 30 076 visiteurs. L’exposition « Magritte. La trahison des images », après avoir réuni près de 600 000 visiteurs à Paris, était très attendue à Francfort dans les locaux de la Schirn Kunsthalle où elle a attiré plus de 190 000 personnes entre le 10 février et le 5 juin 2017, score synonyme de grand succès dans cette institution européenne de renom.

Coproduction d’envergure et rétrospective de grande ampleur pour chacune de ces trois institutions internationales, dont la Tate Britain de Londres et le Metropolitan Museum of Art de New York, qui ont étroitement collaboré tout en proposant à chaque étape une approche différente de cette rétrospective, c’est au Centre Pompidou que l’exposition dédiée à David Hockney aura attiré le plus large public. Avec plus de 620 000 visiteurs au total, cette présentation est devenue l’un des événements majeurs de l’année 2017.
La Tate Britain avait pour sa part accueilli 478 082 visiteurs entre le 9 février et le 29 mai 2017. 
Cette exposition a également été présentée au Metropolitan Museum of Art (MET) jusqu’au 25 février 2018. 

Enfin, c’est avec une rétrospective exceptionnelle consacrée au photographe « Walker Evans », qui a réuni plus de 306 000 visiteurs à Paris et qui a été présentée jusqu’au 4 février 2018 au SFMOMA (San Francisco), que le Centre Pompidou a conclu son année d’itinérances internationales d’expositions temporaires.

LES EXPOSITIONS JEUNE PUBLIC

Les expositions et ateliers itinérants à destination du jeune public ont contribué à intéresser des plus jeunes à l’art aux quatre coins de la planète, de Taipei à Istanbul, en passant par la Suisse, le Mexique, l’Argentine ou le Brésil. Treize expositions dédiées au jeune public ont circulé en 2017. Parmi les plus emblématiques du catalogue, on peut citer l’exposition-atelier autour de Frida Kahlo, « Frida et moi » (São Paulo, Mexico City, Buenos Aires), « L’aventure des objets » autour de l’œuvre d’Arman au nouveau Museo in Erba de Lugano, l’atelier « Rythmes, formes, couleurs » autour de Mondrian et de l’abstraction à l’Istanbul Modern, partenaire fidèle, qui débute la construction d’un tout nouveau musée incluant un espace de présentation des projets jeune public du Centre Pompidou. 
À Taipei, trois ateliers sont présentés conjointement pour la première fois autour de la thématique de l’image et de sa transformation : « Playing with the images », dans le cadre d’un partenariat avec le groupe United Daily News. Cette présentation inaugure une collaboration d’un nouveau genre, qui doit s’inscrire sur le long terme autour des questions d’éducation artistique et culturelle à Taiwan.

Vue de l'exposition Playing with images à Taipei.
Vue de l'exposition Playing with images à Taipei. 

L’IRCAM RAYONNE À L’INTERNATIONAL 

Parmi la soixantaine de dates de tournées de l’Ircam, deux événements exceptionnels ont marqué l’année 2017 : 

  • La reprise du chef-d’œuvre spatialisé de Pierre Boulez, Répons, dans le gigantesque Park Avenue Armory, à New York les 6 et 7 octobre. Faisant dialoguer en temps réel l’ensemble instrumental placé au centre, six solistes répartis dans la salle et l’électronique en temps réel, Répons a été ici présenté pour la première fois dans une mise en espace, signée par Pierre Audi. Les jeux de lumières créés avec Urs Schönebaum sont venus magnifier la spatialisation sonore en la rendant visuelle, pour cette troisième présentation au public new-yorkais depuis la création américaine de l’œuvre en 1986. 
  • La création mondiale ŠamaŠ de Zad Moultaka présentée au pavillon du Liban à la Biennale de Venise allie composition sonore et architecture visuelle, à travers un dispositif de diffusion sonore immersif, conçu à l’Ircam et pensé spécifiquement pour le lieu.

Aux États-Unis, l’Ircam diffuse également les avancées de ses recherches et de ses technologies : le chercheur en acoustique Markus Noisternig a été plébiscité par l’Experimental Media and Performing Arts Center du Rensselaer Polytechnic Institute, pour ses conférences sur le son 3D ; l’équipe Représentations musicales a organisé le colloque international « Improtech » et des concerts autour des technologies pour l’improvisation musicale avec l’université de Pennsylvanie en décembre.

L’édition 2017 des Ateliers du Forum hors les murs, a, quant à elle, rassemblé en octobre les communautés sud-américaines des utilisateurs des logiciels de l’Ircam à Santiago du Chili, avec le soutien de l’Institut français. 

Reprise de Répons de Pierre Boulez ; 6-7 octobre 2017; Park Avenue Armory, New York. © Ircam / Photo : S. BergerReprise de Répons de Pierre Boulez ; 6-7 octobre 2017; Park Avenue Armory, New York. © Ircam / Photo : S. Berger

LES PRÊTS ET DÉPÔTS À L’INTERNATIONAL

  • Les prêts 

Année principalement axée sur le territoire national dans le cadre des 40 ans du Centre Pompidou, le nombre de prêts à l’étranger s’est légèrement infléchi par rapport à 2016 avec mille huit cent soixante-cinq œuvres prêtées, y compris hors les murs.
Au Centre Pompidou Málaga, ce sont 65 œuvres qui ont été prêtées pour le nouvel accrochage permanent fin 2017 et pour des expositions temporaires (« De la ville au musée : Architectures parisiennes, 1950-2015 » et « Starck, dessins secrets »)
Prêts courants les plus importants :

  • Multimedia Art Museum, Moscou, Russie – Brancusi : 163
  • Musée national des beaux-arts, La Havane, Cuba – Agnès Varda : 97
  • Zentrum Paul Klee, Berne, Suisse – Klee et le surréalisme : 59
  • Gemeentemuseum Den Haag, La Haye, Pays-Bas – Gonzáles et Picasso : 29
  • Tate Gallery, Londres, Royaume-Uni – Fonds Shunk : 15
  • Documenta 14, Athènes, Grèce : 14

Les dépôts

En 2017, le seul nouveau dépôt qui a été effectué concerne le stabile Horizontal de Calder déplacé de la piazza du Centre Pompidou au musée des beaux-arts de Rouen.

65 oeuvres prêtées au Centre Pompidou Málaga
"Horizontal", Alexandre Calder 1964. © Reunions des musées métropolitains Rouen Normandie