6. LE CENTRE POMPIDOU POUR TOUS LES PUBLICS

Pour aller à la rencontre de nouveaux publics, visiteurs et internautes, le Centre Pompidou imagine et conçoit des programmes éducatifs et culturels sur mesure, développe et met en œuvre des actions de fidélisation de plus en plus attractives et ce, grâce à des études ciblées permettant de mieux connaître les publics et leurs attentes. Également présent sur le web et sur les réseaux sociaux, le Centre Pompidou ouvre aussi ses portes aux internautes, leur offrant un accès direct et simplifié à son actualité, ses propositions, ses collections.

 

#LA FRÉQUENTATION

En 2017, le Centre Pompidou a fêté ses 40 ans et partagé cet anniversaire au travers d’une riche programmation d’expositions, de conférences, de cinémas et de spectacles avec un public toujours plus large et diversifié, à Paris et dans la France entière.

UNE FRÉQUENTATION MAINTENUE AU-DESSUS DE TROIS MILLIONS DE VISITES

Depuis 2007, la fréquentation des expositions temporaires et des collections permanentes se stabilise à un niveau élevé, supérieur à trois millions de visites. Pour la neuvième année consécutive, la fréquentation du Centre Pompidou dépasse ce niveau avec un total de près de 3,371 millions de visites en 2017, soit 1% de plus qu’en 2016 et ce, avec un nombre de jours d’ouverture moins élevé.

3,371 millionsde visites en 2017

En 2017, 2,13 millions de visiteurs sont venus découvrir les expositions temporaires du Centre Pompidou. L’engouement du public autour des expositions temporaires telles que « David Hockney » (620 000 visiteurs), « Cy Twombly » (400 000 visiteurs), « Magritte. La trahison des images » (près de 600 000 visiteurs) ou encore « Walker Evans » (306 000 visiteurs) – totalisant 2,13 millions de visites en 2017 – constitue une réelle performance, puisque sur la dernière décennie, le Centre Pompidou n’avait dépassé ce niveau de fréquentation que lors des exercices 2012 et 2013 marqués par le succès mémorable de la rétrospective Dalí (790 000 visiteurs) et le très vif intérêt du public pour l’exposition Roy Lichtenstein (546 000 visiteurs).

L’offre d’expositions a, en 2017, valorisé à la fois des artistes connus du grand public (David Hockney, René Magritte) et mis en avant des projets plus innovants comme la manifestation « Mutations/Créations » et ses expositions corollaires « Ross Lovegrove » et « Imprimer le monde » ayant respectivement attiré 87 807 et 90 323 visiteurs.

La fréquentation des collections permanentes du musée a enregistré 1 240 628 visiteurs en 2017 avec un recul de 8% par rapport à l’année 2016 (1 345 206 visites).

 

#DE NOUVEAUX PROJETS AU CŒUR DE LA RELATION AVEC LES PUBLICS

LES PUBLICS JEUNES

Dans une démarche de renouvellement de ses pratiques, l’activité de médiation du Centre Pompidou a développé de nouvelles propositions en 2017 pour explorer d’autres typologies de projets, imaginer des formats inédits et étendre ses expérimentations à la faveur de diverses collaborations.

Pour les enfants

Dans le cadre de la Galerie Party, le Studio GGSV, composé du duo de designers Gaëlle Gabillet et Stéphane Villard, a imaginé une fiction narrative en deux temps. Les aventures de deux personnages imaginaires dans une scénographie faite de clins d’œil architecturaux ont été ainsi prétextes à évoquer, sur le ton du jeu et de l’image poétique, les rôles d’un lieu pluridisciplinaire comme le Centre Pompidou : conservation, monstration, diffusion et surtout création. 
En 2017, avec également la fin de l’exposition « Mon Œil », la Galerie des enfants a accueilli 141 264 visiteurs (contre 134 823 en 2016 – soit une augmentation de 5%).

141 264visiteurs en 2017

Le son au bout des doigts : une collaboration innovante entre le Centre Pompidou et l’Ircam qui a fédéré plus de 1 200 jeunes visiteurs.

Parmi les collaborations engagées en 2017, le dispositif innovant « Le son au bout des doigts » au sein de l’Atelier des enfants, a réuni, à l’occasion du festival ManiFeste de l’Ircam, les expertises pédagogiques de la direction des publics du Centre Pompidou et de l’Ircam. Ainsi, plus de mille deux cents jeunes visiteurs (quatre cent trente-neuf individuels et trente-deux groupes) ont exploré les relations entre son et image au travers de diverses installations interactives et ludiques, visuelles et sonores qui leur étaient proposées.

Vue de la Galerie Party ; 20 mai-28 août 2017 ; Atelier des enfants du Centre Pompidou. © Centre Pompidou, MNAM-CCI / Photo : H. Véronèse
Vue de la Galerie Party ; 20 mai-28 août 2017 ; Atelier des enfants du Centre Pompidou. © Centre Pompidou, MNAM-CCI / Photo : H. Véronèse

Dans le café Topo-phonie imaginé par Dominique Jakob et Brendan MacFarlane, les enfants dressaient, comme à la maison, des tables un peu particulières qui produisaient des surprises sonores par le placement des couverts. Les Dirty Tangible Interfaces (DIRTI) conçus par User/Studio Matthieu Savary proposaient aux enfants (à partir de 2 ans) et à leurs parents de vivre une expérience ludique, interactive et sonore unique. Réunis autour de bacs interactifs indépendants et de taille différente, les enfants étaient invités à plonger leurs mains dans les matériaux contenus dans ces bacs (plumes, écorces d’arbre…). En manipulant ces matières, des événements sonores se déclenchaient et produisaient d’infinies combinaisons musicales individuelles et collectives, tandis que l’installation Moc de Béatrice Lartigue dévoilait l’univers d’une forêt foisonnante qui croissait au rythme du souffle et de la voix des enfants.

Conçu pour devenir itinérant, ce projet global part en 2018 à la rencontre d’une plus large audience nationale. Plus de 7 193 personnes ont donc participé à l’Atelier des enfants qui a ainsi affiché un taux de remplissage en progression de 7% par rapport à 2016 (87% en 2016 / 94% en 2017).

7 193participants + 7%par rapport à 2016

Pour les adolescents

Parmi ces programmes, on peut retenir « The Charlie Show » au Studio 13/16, en mai, où durant quatre semaines, Charlie Le Mindu, enfant terrible de la coiffure et artiste impertinent, a accompagné quatre équipes successives d’adolescents dans une expérience inédite pour une immersion totale. Sous le mentorat de seize experts en stylisme, maquillage, danse ou vidéo, ils ont ensemble créé la plus baroque des maisons hantées, jouant des codes de la télévision et questionnant ainsi l’étrangeté, l’altérité, la différence. Pour la Nuit des Musées, un grand show a clôturé cette programmation avec l’activation du dispositif et un concert accueillant ainsi plus de deux mille personnes.

Vue du Charlie Show ; 1er-19 avril 2017 ; Studio 13-16 du Centre Pompidou. © Centre Pompidou, MNAM-CCI / Photo : H. Véronèse
Vue du Charlie Show ; 1er-19 avril 2017 ; Studio 13-16 du Centre Pompidou. © Centre Pompidou, MNAM-CCI / Photo : H. Véronèse

Les partenariats d’éducation artistique en direction des scolaires, un périmètre qui s’élargit 

Le service de la médiation a piloté en 2017 soixante-sept parcours d’éducation artistique et culturelle avec un accent mis sur les publics scolaires prioritaires (57% des actions ciblaient des réseaux d’éducation prioritaire, des unités spécialisées primo-arrivants…). Ainsi, le programme des « Ateliers de la création », conçu en collaboration avec l’Ircam, s’est, par exemple, ouvert aux lycées agricoles, partenariat qui poursuit son développement en 2018. 
Des parcours d’éducation artistique ont été mis en place avec deux unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants, les transformant au fil des ateliers en laboratoires polyglottes pour performeurs. 
Avec l’association Les chemins de traverse, l’action éducative du Centre Pompidou a expérimenté une médiation croisée des publics. Les élèves, parents, enseignants et personnels scolaires d’un collège parisien ont été invités à des ateliers de pratique communs, dans une perspective de renforcement des liens de la communauté éducative. 

Parallèlement, des actions de formation ont été menées en direction des enseignants (de tous niveaux et de toutes disciplines), afin de favoriser leur autonomie mais aussi de leur permettre d’échanger et d’enrichir leurs pratiques pédagogiques. Avec le même objectif, le Centre Pompidou a intégré les formations de l’École supérieure du professorat et de l’éducation de l’Académie de Paris (ESPE), proposant au sein du cursus des enseignants stagiaires une découverte des ressources du Centre Pompidou. 
Vingt actions de formations portées par le Centre Pompidou ont permis de former 730 acteurs éducatifs.

20 actions
de formation
 730 acteurs
éducatifs
formés par le Centre Pompidou

Pour les seniors

La dynamique constante d’élargissement des publics a pris corps dans une offre positionnée comme intergénérationnelle. À titre d’exemple, le bal senior « Extravadanse », orchestré par Julie Navarro, a fait des visiteurs aînés les hôtes d’un roller disco où se sont retrouvées neuf cent quarante-deux personnes tous âges confondus.

L’APPLICATION GRATUITE DU CENTRE POMPIDOU 
UN OUTIL DE MÉDIATION NUMÉRIQUE POUR TOUS LES PUBLICS

74 691 utilisateurs se sont connectés à l’application du Centre Pompidou, soit une augmentation de +32 % par rapport à 2016.

Cette application considérablement enrichie, a renforcé en 2017 sa ligne éditoriale radiophonique, afin d’élargir sa cible d’utilisateurs. Les parcours audio dans les grandes expositions (Cy Twombly, Walker Evans, David Hockney, André Derain, César) ont été traités comme de véritables podcasts, réalisés en collaboration avec des professionnels du monde du son (réalisateurs, monteurs, comédiens, musiciens) qui pouvaient s’écouter à la fois dans l’espace d’exposition, les transports en commun et chez soi. Cette stratégie a permis non seulement de réunir un nombre d’auditeurs plus important qu’avec l’audioguide classique (2 666 écrans par jour environ pour David Hockney, 1 076 pour Walker Evans) mais également d’augmenter le nombre d’écrans affichés (+1,8% par rapport à 2016) et la durée d’une session d’un utilisateur, actuellement de dix minutes en moyenne. 
L’application s’est donc imposée comme un outil de contenus et de ressources de médiation incontournable pour le Centre Pompidou. 
La rubrique agenda a été dynamisée grâce à la poursuite du programme de l’agenda sonore, sorte de bande-annonce poétique imaginée avec la journaliste Emmanuelle Tornero, qui propose une immersion ludique dans l’univers des principaux événements du Centre Pompidou. D’autres contenus sonores sont aussi venus enrichir l'application. Sous l’impulsion de la rubrique Museum Fiction et du partenariat noué avec Arte Radio, web-radio pionnière dans la production de podcasts, des parcours créatifs privilégiant la forme fictionnelle et/ou une tonalité décalée ont également été créés. Pour la manifestation « Mutations/Créations » et le parcours autour des Fonds régionaux d’art contemporain (Frac) dans le musée, ce sont des auteurs et comédiens qui ont donné la parole aux objets ou aux œuvres. Dans « Cosmopolis » six journalistes grands reporters sont partis à la rencontre des collectifs d’artistes présentés dans le cadre de la manifestation, venus du monde entier, sur leurs lieux de vie et de travail (Jakarta, Séoul, Karachi…). L’offre de contenus vidéo s’est par ailleurs développée, qu’il s’agisse de la web-série pour les enfants « Mon Œil » ou de l’arrivée d’un nouveau programme de médiation pour adultes, la web-série dessinée par Jochen Gerner « Voulez-vous un dessin ? » 

À travers la fiction et le son, l’application est devenue un outil pour découvrir les activités du Centre Pompidou autrement, en témoigne le succès des Soirées sonores lancées en 2016 en partenariat avec Arte Radio. Les deux éditions 2017 ont ainsi rassemblé près de deux mille quatre cents personnes, autour des performances d’artistes sonores, de musiciens, scénographes, universitaires et membres de l’Ircam, qui ont investi le temps des deux soirées les espaces du Forum et du musée pour une programmation sonore toujours festive. En décembre 2017, une nouvelle programmation a vu le jour, donnant vie aux fictions sonores du parcours « Une invitation : les Frac ». Elle se déroule chaque premier dimanche du mois dans le musée jusqu’en juin 2018. 

Ce travail développé autour du son, afin de créer de véritables podcasts radiophoniques écoutables chez soi, a permis d’alimenter en contenus de médiation innovants, à la fois ludiques, instructifs et dynamiques, le site centrepompidou.fr, le compte Soundcloud et les différents réseaux sociaux de l’institution. Issue des réflexions du service de la médiation culturelle sur l’évolution de l’application Centre Pompidou dans les prochaines années, celle-ci a abouti à une nouvelle proposition d’application de médiation, plus transmédia, plus ouverte encore sur le partage et la diffusion des contenus autour de l’art moderne et contemporain, notamment vers les réseaux sociaux.

Au Centre Pompidou, © Centre Pompidou, MNAM-CCI / Photo : M. Braun. Michel François, S. aux Boules, 1999, Impression sur papier, 180 x 120 cm, © Adagp, Paris 2018
Au Centre Pompidou, © Centre Pompidou, MNAM-CCI / Photo : M. Braun. Michel François, S. aux Boules, 1999, Impression sur papier, 180 x 120 cm, © Adagp, Paris 2018

LES GROUPES ET LES PROFESSIONNELS DU TOURISME

Concernant l’activité dédiée aux professionnels, l’internalisation de la vente en nombre des billets musée et exposition a été menée sans perte de clients.

Les ventes de billets aux professionnels ont augmenté de 74%, générant 713 000 € de recettes en 2017.

En parallèle, une offre de vente en nombre a été mise en place sur les billets spectacle, dans le but de développer la fréquentation du spectacle vivant et les recettes associées. 
Dans le cadre de sa politique visant à encourager la venue de publics scolaires, en situation de fragilité sociale ou de handicap, le Centre Pompidou propose une tarification spécifique aux structures accueillant ces publics.

Par ailleurs, une nouvelle offre tarifaire « spectacle vivant » a été mise en place incitant à l’achat simultané de trois spectacles parmi ceux programmés sur un cycle, afin de fidéliser les spectateurs du Centre Pompidou. Un tarif jeune public a également été créé pour encourager la fréquentation des moins de 14 ans.

Enfin, depuis décembre 2017, pour attirer les publics touristiques au Centre Pompidou, une nouvelle offre propose aux groupes une visite suivie d’un cocktail /dîner au restaurant Georges.

« POP’ », le nouveau programme d’adhésion du Centre Pompidou

Les études menées par la direction des publics concernant le programme d’adhésion ont permis de réinterroger le rapport que le Centre Pompidou entretient avec ses adhérents et d’imaginer ainsi une nouvelle offre appelée « POP’ ». Ce nouveau programme propose aux adhérents, depuis le 1er septembre 2017, de participer plus activement à la vie du Centre Pompidou au travers de projets collaboratifs multiples (performances, ateliers, débats, rencontres…) s’appuyant sur toute la richesse et la diversité de la programmation et porte les valeurs d’ouverture, de proximité, d’implication et de bienveillance.
Une nouvelle identité visuelle se décline sur la carte, les supports de communication et la campagne d’affichage présente au sein du Centre Pompidou pour lancer cette nouvelle formule.
L’espace Adhésions a également fait peau neuve afin de proposer un lieu plus convivial et confortable.
Au cours de l’année, de nombreuses propositions ont été faites aux adhérents :

  • La participation à des performances (marche silencieuse avec Hamish Fulton ou encore construction d’un « musée sans bâtiment » avec Yona Friedman),
  • Des échanges et partages d’idées (entretiens avec Philippe Artières et groupes de réflexions pour le festival Hors Pistes),
  • Des créations collectives avec les artistes de l’exposition « Cosmopolis #1 Collective intelligence », 
  • La visite exclusive des expositions d’Harmony Korine, d’Elina Brotherus ainsi que des coulisses du Centre Pompidou,
  • Des invitations et des offres pour les expositions partenaires des 40 ans.

Enfin, les ventes d’adhésions ont augmenté de 4,4% (en volume) et de 11% (en valeur) en 2017, avec des hausses sur les mois de janvier et d’octobre 2017.

41 916
adhérents en 2017

Le nouveau système de billetterie
Une première réponse à l’évolution des publics

Suite au déploiement du nouveau système de billetterie et de gestion de la relation client le 23 novembre 2016, utilisé par une centaine d’agents pour gérer l’ensemble des activités de vente et de contrôle des droits d’entrée, la direction des publics et la direction des systèmes d’information et des télécommunications ont accompagné ensemble tous les utilisateurs pour faciliter la prise en main et garantir l’autonomie de chaque service vis-à-vis de cet outil. 
Des modules fonctionnels complémentaires sont également venus enrichir cette solution innovante :

  • L’accès aux données de billetterie et de contacts à partir d’un outil de business intelligence permet aujourd’hui de réaliser des analyses croisées plus ciblées pour mieux comprendre les publics (identifier les parcours de visite, croiser les usagers cinémas, spectacles vivants, ateliers ou exposition…) ;
  • Le suivi des demandes d’information, des réclamations et des remboursements dans un outil interfacé avec le système de gestion des contacts assure désormais une vue complète des interactions entre le Centre Pompidou et ses publics ;
  • L’extension de l’utilisation du module de gestion des contacts et des envois de lettres d’information à de nouveaux utilisateurs (Musée national d’art moderne, services du département du développement culturel…) a fait l’objet d’un chantier de reprise des données ;
  • La mise en exploitation d’une nouvelle page de présentation des offres de billetterie en ligne a été accompagnée d’une refonte graphique des distributeurs automatiques de billets.

Par ailleurs, en février 2017, le Centre Pompidou a déployé la vente de prestations de billetterie aux individuels par téléphone via son centre de contact. 
Adoptée par l’ensemble des agents concernés, la solution est maintenant pleinement déployée et stabilisée. Néanmoins, afin de répondre aux évolutions des publics du Centre Pompidou, son fonctionnement et son usage feront l’objet d’une politique d’évolution et de modernisation constante.

LE RENOUVELLEMENT DES POINTS DE VENTE

La librairie Flammarion Centre est la librairie du Centre Pompidou depuis quarante ans. Spécialisée dans tous les domaines de l’art du 20e siècle, elle propose un choix exhaustif d’éditeurs français et étrangers, unique en France. En 2017, deux des trois espaces de vente gérés par Flammarion Centre, ont été profondément rénovés. 
La Librairie du Forum, espace historique de 400 m², a fait l’objet d’une campagne de travaux en avril tout en restant ouverte : création de deux nouveaux espaces jeunesse et signature, installation d’une grande vitrine sur le Forum avec écran digital, nouvel éclairage… Ce réaménagement s’est accompagné d’un programme dynamique de rencontres.
Dans le cadre de la réouverture du niveau 4 qui présente les collections permanentes du Musée, la librairie du Musée s’est installée dans un nouvel espace au décor épuré situé à la sortie du parcours de visite. Ce point de vente propose les publications des éditions du Centre Pompidou, une sélection de lithographies ainsi que des gammes de produits dérivés faisant écho aux chefs-d’œuvre de ces collections.
Rouverte en février 2016, la boutique du Centre Pompidou, située dans le Forum et gérée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais (RMN-GP), propose des produits design, décoration, art de la table, accessoires, produits jeunesse, ainsi que les gammes éditées par le Centre Pompidou. En 2017, son chiffre d’affaires connaît une belle progression de +22%.
En complément de ces points de vente in situ, la boutique en ligne boutique.centrepompidou.fr propose l’ensemble des produits édités par le Centre Pompidou et les expédie dans le monde entier. En 2017, son chiffre d’affaires continue de progresser (+8%).